Communication de Divaldo Pereira Franco, faite les jours précédents, donnant de nouvelles informations de contexte sur la pandémie.
Vous trouverez la retranscription ci-après (trad. S.Giusti), et nous vous proposons la vidéo publiée.

Le 15 septembre de l’année dernière, les amis spirites nous ont révélé : un clairon a sonné nous rappelant Nosso Lar en 1939, au moment de la Seconde Guerre Mondiale. Ce clairon a retenti dans toute la psychosphère terrestre. Il annonçait un cri de vigilance et des voix sidérales ont communiqué à toutes les communautés spirituelles qu’une immense épreuve allait ébranler la Terre dans peu de temps.

Quand ont commencé à apparaître officiellement les victimes, aux environs du mois de janvier, je dis officiellement, parce que selon les Esprits, il y en avait déjà avant, même si le fléau n’avait pas encore été identifié, à l’époque où cela a été annoncé en janvier, les communautés spirituelles de la planète – chacune d’elle, pour que vous ayez une idée, à Nosso Lar, située entre Rio de Janeiro et Campos, comme l’a révélé Chico Xavier, entre autres, et Redenção, ici dans la ville de Salvador jusqu’à Feira de Santana – se sont préparées pour accueillir ceux qui allaient être des victimes selon la Loi de cause à effet. Les évènements non désirés, non programmés n’existent pas. C’est pour cela que prendre soin de nous-mêmes fait partie de l’éthique de la Loi de cause à effet.

Et les guides ont commencé à recevoir les premières victimes : l’épidémie. Et quand la pandémie s’est installée, toutes les communautés de tous les pays ont été en alerte et des commissions d’infirmiers spirituels se sont mises à recevoir les désincarnés aux alentours de la Terre pour les conduire ensuite dans les communautés proches correspondant à leurs villes, dans chaque pays. Ceux-ci ont reçu un traitement tout particulier de tendresse, d’affection parce qu’ils n’étaient pas les victimes de leurs propres desseins perturbateurs, c’étaient des morts collectives.

Peu après, ils ont reçu une thérapie spécifique pour libérer leur périsprit de la triste marque de la maladie dégénérative. La grande vérité est que tous sans exception reçoivent le soutien de l’amour de Jésus-Christ par le biais de ces infirmiers spirituels qui, avec beaucoup d’attention, inspirent les serviteurs de la médecine, les missionnaires de tout ce travail, depuis les agents de service hospitalier, les responsables de l’hygiène jusqu’aux scientifiques qui travaillent à l’élaboration d’un futur vaccin.

Print Friendly, PDF & Email
X