TEXTE DU 05 Mai 2020

Identité des Esprits

Allan KARDEC,  « Le Livre des Médiums« 

Chapitre 24

Distinction des bons et des mauvais Esprits

262 – Si l’identité absolue des Esprits est, dans beaucoup de cas, une question accessoire et sans importance, il n’en est pas de même de la distinction des bons et des mauvais Esprits ; leur individualité peut nous être indifférente, leur qualité ne l’est jamais. Dans toutes les communications instructives, c’est donc sur ce point que doit se concentrer toute l’attention, parce que seul il peut nous donner la mesure de la confiance que nous pouvons accorder à l’Esprit qui se manifeste, quel que soit le nom sous lequel il le fasse. L’Esprit qui se manifeste est-il bon ou mauvais ? A quel degré de l’échelle spirite appartient-il ? là est la question capitale. (Voir Echelle spirite, Livre des Esprits, n° 100.

263- On juge les Esprits, avons-nous dit, comme on juge les hommes, à leur langage. Supposons qu’un homme reçoive vingt lettres de personnes qui lui sont inconnues ; au style, aux pensées, à une foule de signes enfin il jugera celles qui sont instruites ou ignorantes, polies ou mal élevées, superficielles, profondes, frivoles, orgueilleuses, sérieuses, légères, sentimentales, etc.. Il en est de même des Esprits ; on doit les considérer comme des correspondants qu’on n’a jamais vus, et se demander ce que l’on penserait du savoir et du caractère d’un homme qui dirait ou écrirait de pareilles choses. On peut poser comme règle invariable et sans exception, que le langage des Esprits est toujours en raison du degré de leur élévation. Non seulement les Esprits réellement supérieurs ne disent que de bonnes choses, mais ils les disent en termes qui excluent de la manière la plus absolue toute trivialité ; quelques bonnes que soient ces choses, si elles sont ternies par une seule expression qui sente la bassesse, c’est un signe indubitable d’infériorité, à plus forte raison si l’ensemble de la communication blesse les convenances par sa grossièreté. Le langage décèle toujours son origine, soit par la pensée qu’il traduit, soit par sa forme, et alors même qu’un Esprit voudrait nous donner le change sur sa prétendue supériorité, il suffit de converser quelque temps avec lui pour l’apprécier.

264- La bonté et la bienveillance sont encore des attributs essentiels des Esprits épurés ; ils n’ont de haine ni pour les hommes ni pour les autres Esprits ; ils plaignent les faiblesses, ils critiquent les erreurs, mais toujours avec modération, sans fiel et sans animosité. Si l’on admet que les Esprits vraiment bons ne peuvent vouloir que le bien et ne dire que de bonnes choses, on en conclura que tout ce qui, dans le langage des Esprits, décèle un manque de bonté et de bienveillance, ne peut émaner d’un bon Esprit.

265- L’intelligence est loin d’être un signe certain de supériorité, car l’intelligence et le moral ne marchent pas toujours de front. Un Esprit peut être bon, bienveillant, et avoir des connaissances bornées, tandis qu’un Esprit intelligent et instruit peut-être très inférieur en moralité.

On croit assez généralement qu’en interrogeant l’Esprit d’un homme qui a été savant dans une spécialité sur la terre, on obtiendra plus sûrement la vérité ; cela est logique, et portant n’est pas toujours vrai. L’expérience démontre que les savants, aussi bien que les autres hommes, ceux surtout qui ont quitté la terre depuis peu, sont encore sous l’empire des préjugés de la vie corporelle ; ils ne se défont pas immédiatement de l’esprit de système. Il peut donc se faire que, sous l’influence des idées qu’ils ont caressées de leur vivant, et dont ils se sont fait un titre de gloire, ils voient moins clair que nous ne pensons. Nous ne donnons point ce principe comme une règle, tant s’en faut ; nous disons seulement que cela se voit, et que, par conséquent, leur science humaine n’est pas toujours une preuve de leur infaillibilité comme Esprits.

266- En soumettant toutes les communications à un examen scrupuleux, en scrutant et en analysant la pensée et les expressions comme on le fait quand il s’agit de juger un ouvrage littéraire, en rejetant sans hésiter tout ce qui pèche par la logique et le bon sens, tout ce qui dément le caractère de l’Esprit qui est censé se manifester, on décourage les Esprits trompeurs qui finissent par se retirer, une fois bien convaincus qu’ils ne peuvent nous abuser. Nous le répétons, ce moyen est le seul, mais il est infaillible, parce qu’il n’y a pas de mauvaise communication qui puisse résister à une critique rigoureuse. Les bons Esprits ne s’en offensent jamais, puisque eux-mêmes le conseillent, et parce qu’ils n’ont rien à craindre de l’examen ; les mauvais seuls s’en formalisent et en dissuadent, parce qu’ils ont tout à perdre, et par cela même prouvent ce qu’ils sont.

Voici, à ce sujet, le conseil donné par saint Louis :

«Quelle que soit la confiance légitime que vous inspirent les Esprits qui président à vos travaux, il est une recommandation que nous ne saurions trop répéter, et que vous devriez toujours avoir présente à la pensée quand vous vous livrez à vos études, c’est de peser et de mûrir, c’est de soumettre au contrôle de la raison la plus sévère toutes les communications que vous recevez ; de ne pas négliger, dès qu’un point vous paraît suspect, douteux ou obscur, de demander les explications nécessaires pour vous fixer.»

Enregistrement de la réunion du 05/05/2020

Vous pouvez visionner la totalité de la réunion virtuelle avec la video ci-dessous.

 

Print Friendly, PDF & Email
X